Agenda Programme

« Le Pont des Espions » : L’homme spielbergien face à l’histoire

Bande annonce

Date de l’événement

Jeudi 28 avril 2016
à 20h00

Description

En partenariat avec le Mémorial de Caen, nous vous proposons de voir ou revoir Le Pont des espions, de Steven Spielberg, avec Tom Hanks, sorti en octobre 2015, dans une perspective historique. Comment aborder les événements du réel à travers le récit fictif ?

Synopsis du film :

James Donovan (Tom Hanks), un avocat de Brooklyn se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion espion américain U-2 qui a été capturé…

Pour éclairer Le Pont des espions, nous recevrons Anne Anglès, professeure d’histoire-géographie. Découvrez le dossier pédagogique que notre intervenante a consacré au Pont des espions et à la notion de « l’homme spielbergien face à l’histoire » sur le site Zerodeconduite.net, qui propose des ressources pédagogiques passionnantes sur le cinéma.

En voici un extrait :

« Si l’Histoire est mise en scène avec un imparable souci du détail et de la vraisemblance, le film n’en est pas moins fidèle à l’univers de Steven Spielberg. Créateur du premier blockbuster américain (Jaws, 1975) qui aurait, aux dires des critiques, sacrifié la liberté du Nouvel Hollywood sur l’autel du grand spectacle industriel, le réalisateur montre, une fois de plus, combien il sait plier les canons de la superproduction commerciale à sa propre vision du monde. La plume des frères Coen comme les talents d’un casting de luxe (Tom Hanks, Mark Rylance, Amy Ryan) servent autant les constantes de son cinéma qu’une créativité consciente des faiblesses de la vulgate hollywoodienne actuelle. Steven Spielberg puise volontiers chez Alfred Hitchcock, Carol Reed, Orson Welles tout comme chez John Le Carré pour retrouver la finesse des dialogues, les cadrages des films d’espionnage, la douce rigidité de leurs personnages et l’ambiance enfumée de leurs rencontres. Mais il enserre ces références dans ses propres schémas de pensée. Dans la droite lignée de ses succès (Indiana Jones, La Liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan, La Guerre des mondes, Minority Report…), Le Pont des espions renoue avec les thématiques du père savant mais absent, du héros en quête de justice dans un monde en proie à la folie barbare… Face à l’un des reproches récurrents adressés à son cinéma (à trop bien filmer le débarquement en Normandie, on risque fort de se livrer à une esthétisation hors de propos de la réalité historique), la réponse de Spielberg ne varie pas : il faut passer par la fiction pour approcher le réel. Dans le Pont des Espions, inspiré d’une histoire vraie, la réalité est elle-même tissée de faux-semblants : des espions allemands campent les faux parents de Rudolf Abel, James Donovan fait semblant de ne pas œuvrer pour le gouvernement américain et la RDA, qui n’est pas reconnue officiellement par les États-Unis, tente d’intégrer le jeu de dupes que se livrent les superpuissances. »

memorial-logo2009