Le Café en revue Adolfo Arrietta, [cadré - décadré]
Café des Images

Adolfo Arrietta, [cadré – décadré]

par Le Café des Images
Adolpho Arrietta, cadré / décadré (André S. Labarthe, 2017).

Adolpho Arrietta, cadré / décadré (André S. Labarthe, 2017).

Mercredi 18 janvier sort le nouveau film d’Ado(lfo) Arrietta, Belle Dormant, avec un casting très riche : Niels Schneider, Agathe Bonitzer, Tatiana Verstraten, Mathieu Amalric, Ingrid Caven, Serge Bozon, Andy Gillet…

Projeté au Café à partir du 18, le film du grand cinéaste espagnol souvent comparé à Jean Cocteau fait l’objet d’une avant-première exceptionnelle ce vendredi 13, à 20h, en sa présence et en celle de N. Schneider, A. Bonitzer, I. Caven et Nathalie Trafford, productrice.

Le lendemain, à 14h, le Café projette le film le plus célèbre, et sans doute le plus beau, d’Arrietta, Flammes (1978), dans lequel Caroline Loeb — future interprète de C’est la ouate — est une jeune femme fascinée par l’érotisme des pompiers. Le film sera présenté par le cinéaste et par Jean Narboni qui, à sa sortie, a écrit à son sujet dans les Cahiers du cinéma un texte qui a fait date.

Voici, en bonus exclusif et pour quinze jours, le film que vient de réaliser André Labarthe sur Arrietta, pour la fameuse série, Cinéma, de notre temps  (mot de passe : L4B4RTH3 ).

 

En revue • Les derniers articles publiés