Agenda Programme

Exposition des photographies d’Anne-Marie Filaire : vernissage

Date de l’événement

Jeudi 26 mai 2016
à 18h30

Description

L’Artothèque de Caen vient d’acquérir dans ses collections le travail de la photographe Anne-Marie FilaireLe Café des images accueillera ces œuvres sur les murs de son restaurant pendant un mois, du 26 mai au 26 juin.

Ce jeudi 26 mai à partir de 18h30, nous vous invitons à découvrir le fruit de ce partenariat entre le Café et l’Artothèque de Caen à l’occasion du vernissage de l’exposition :

« Alger / Les Portes »
Photographies d’Anne-Marie Filaire
Collection de L’Artothèque, Espaces d’art contemporain de Caen
Au Café des images du 26 mai au 26 juin
Entrée libre

Depuis trente ans, Anne-Marie Filaire photographie les zones dites frontières au Moyen-Orient (Israël, Palestine, Jordanie, Yémen, Emirats arabes unis, Liban), en Extrême-Orient (Cambodge, Vietnam), en Afrique de l’Est et au Maghreb (Erythrée, Egypte, Maroc, Algérie) ainsi qu’en Europe (Slovénie,
Belgique, France).

« Je suis arrivée en Algérie par le Moyen-Orient. Je séjourne à Alger pendant deux mois, dans cette cité emblématique des 48 « wilayas » (régions). J’y ai rencontré un contexte particulier. Les révolutions ont déjà eu lieu. Les printemps arabes ne sont donc pas d’actualité. Ce pays a déjà vécu ses révolutions suivies de la montée de l’islamisme puis de la guerre civile avec un terrorisme d’une violence exceptionnelle. Ce sont ces années noires dont témoignent mes photographies et se révèlent être le cadre de vie de ces populations très jeunes. Qu’est-ce qui m’oblige cette fois de manière incontournable à parler de cette difficulté de faire ce travail ? En partie, ce qui me permet de combattre cette solitude c’est de faire des photographies et cette solitude se renforce de l’interdiction de faire des images. La recherche de traces de l’adolescence est d’autant plus angoissante qu’elle n’a pas été possible. Je n’ai pas pu, comme dans les autres pays, faire des photos des chambres. Sachant cela, tel un fantôme, je ne peux que répéter la même image : celle de l’enfermement de ces portes blindées sur l’intérieur et l’extérieur. » (Anne-Marie Filaire)

Entrée libre