Festival « Entre-d’eux » – Rencontres cinéma documentaire et migrations

Date de l’événement

Jeudi 9 juin 2016
à 9h00

Description

Un autre regard sur la migration, au-delà des représentations médiatiques. La journée se clôturera par une rencontre avec la comédienne et réalisatrice Yolande Moreau. Réservations vivement recommandées.

Ces rencontres documentaires vous sont proposées par la Maison de l’Image Basse-Normandie, la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (Université de Caen-Normandie) et le Café des Images.  Elles sont mises en oeuvre dans le cadre du jumelage d’éducation artistique, culturelle et numérique avec le soutien de la Région Normandie, de la DRAC Normandie et de l’Université de Caen-Normandie (mission culture) et dans le cadre du programme Film et Recherche en Sciences Humaines (MRSH Caen – MSHB Rennes et Université de Sousse).

Une journée de programmation où le cinéma documentaire propose un autre regard sur la migration, au-delà des représentations médiatiques. Quelles relations se tissent entre cinéastes et migrants ? Comment chacun trouve-t-il sa place dans des enjeux sociaux et politiques ? Les films présentés recueillent et expriment des voix multiples, des itinéraires singuliers. Les langues se rencontrent à l’occasion du « geste documentaire ».

Chaque temps de programmation sera suivi d’un débat avec les réalisateurs et les chercheurs du programme Film et Recherche en Sciences Humaines (FRESH).

À l’occasion de cette journée, l’association ASTI 14 (Association de Solidarité avec Tous les Immigrants) propose un Café Citoyen autour de la question des migrants. Rendez-vous à partir de 17h15 au bar-restaurant du Café des Images. « Migrants », « réfugiés », « demandeurs d’asile », quelles réalités derrière ces expressions ? Des membres de l’association ASTI 14 évoqueront leurs missions et leurs actions, les initiatives citoyennes locales… et discuteront de la situation actuelle dans le département

Le matin de 9h-12h30

GATA
Diana Mkrtchyan. Russie. 2008. 33mn.
En présence de la réalisatrice.

Une famille arménienne – des réfugiés d’Azerbaïdjan – vit dans un appartement collectif de la banlieue de Moscou. Les grands-parents se disputent à propos du figuier de leur jardin de Bakou, énumèrent les différentes variétés de sucre qu’ils achetaient là-bas, refusent de défaire leurs malles et attendent… Le film a été tourné dans d’authentiques appartements collectifs avec de véritables réfugiés.

– MARE MATER
Patrick Zachmann. France. 2013. 52mn.
En présence d’Emmanuelle Jay, monteuse, qui a écrit sur le film.

Patrick Zachmann, membre de Magnum Photos, confronte sa propre histoire familiale à celles des migrants d’aujourd’hui. Il aborde, par la photographie et la vidéo, leur rapport à la mer – qu’ils traversent – et à la mère, qu’ils quittent. Mer, mère, mare, mater… « Il s’agit d’un voyage, un voyage de mémoire et d’exils. Ce voyage tisse le fil de toutes les destinées que je croise ; celles des migrants quittant leur pays de la rive sud de la Méditerranée, fuyant le chômage, l’ennui, l’absence d’avenir ; celles des mères, qui les laissent partir ou découvrent qu’ils sont déjà partis. Et moi, je pars à la recherche des racines de ma mère, celles qu’elle a voulu oublier. »

L’après-midi de 14h à 17h

– EN QUÊTE DE TERRE
Sonia Ringoot. France. 2014. 52mn.
En présence de la réalisatrice.

Au début du XXe siècle, de nombreux cultivateurs flamands s’installent en France pour y travailler la terre. Six descendants nous font part de leurs souvenirs. Alors que cette histoire est au bord de l’oubli, ils cherchent à la conserver, à la restituer en s’aidant d’objets et d’archives familiales. Ce documentaire, à l’approche intime, explore la question de la mémoire. Que reste-t-il de cette histoire un siècle après ?
Un voyage aux allures de western, non-dénué d’humour, En quête de terre est un documentaire autour de la question de la transmission et du souvenir.

– ALPHABET STREET

Frédéric Sabouraud. France. 2007. 26mn.
En présence du réalisateur.

Dans le quartier de la Goutte d’Or, à Paris, des gens venus du monde entier se réunissent chaque semaine pour tenter de maîtriser la langue française.

ILS ME LAISSENT L’EXIL – LES OBJETS
Laetitia Tura. France. 2015. 28mn.
En présence de la réalisatrice.

Une carte mémoire, un imperméable, une voiture miniature, un béret : objets sauvés de la traversée des frontières, objets donnés ou oubliés. C’est aussi dans ces fragiles traces qu’une transmission de la mémoire de l’exil est possible.

Ils me laissent l’exil – Les objets raconte ce passage de l’objet familial en possible objet patrimonial. Car l’enjeu est bien de faire une pleine place dans le récit national aux mémoires minorisées, reléguées dans l’arrière-cour de l’Histoire.

À 17h15 au bar-restaurant
Café citoyen avec l’association ASTI 14 (Association de Solidarité avec Tous les Immigrants).
« Migrants », « réfugiés », « demandeurs d’asile », quelles réalités derrière ces expressions ?

Le soir à partir de 19h30

En avant-première, un programme de 4 films : « Trous de mémoire : regards contemporains sur l’immigration en Normandie  »
1h15.
En présence des réalisateurs.

À l’initiative de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines et de la Maison de l’Image Basse-Normandie, 12 stagiaires (composés de jeunes chercheurs et de jeunes réalisateurs) ont tout au long de l’année universitaire, travaillé à la réalisation de quatre portraits documentaires. La réalisatrice Chantal Richard a accompagné l’écriture et la réalisation des films pendant huit mois. Les monteurs Daniela De Felice et Maxime Letissier ont accompagné les montages.

avec Gudrun Ledegen, sociolinguiste, université de Rennes 2, Souad Matoussi, anthropologue, Université de Sousse (Tunisie), Florian Hémont, sciences de l’information et de la communication, Université de Rennes 2, Olivier Thomas, géographe, chercheur associé, MRSH/Université de Caen-Normandie, Thomas Vetier, sociolinguiste, Université de Rennes 2. Coordination et programmation : Benoît Raoulx, géographe, MRSH/ Universite de Caen-Normandie (programme FRESH), Jean-Marie Vinclair, Maison de l’Image Basse-Normandie.

NULLE PART EN FRANCE
Yolande Moreau. France. 2016. 32mn.
En présence de la réalisatrice.

Invitée de la série multimédia d’Arte reportage « Réfugiés », Yolande Moreau a passé une dizaine de jours dans les jungles de Calais et de Grande Synthe en janvier 2016. Elle en revient avec un film témoignage dans lequel alternent les interviews réalisées sur le « terrain » avec les textes écrits par Laurent Gaudé et lu par l’actrice et réalisatrice. Ni reportage ni documentaire, dans cet entre-deux assumé, elle nous emmène pendant 30 minutes Nulle part, en France.

Une demi-journée : tarifs habituels
2 demi-journées : 9€
Pass journée complète : 13,50€

Consultez le programme PDF du Festival Entre-D’eux.

Agenda Programme complet