Agenda Programme

Ciné-Rencontre avec Amnesty International – THE LOOK OF SILENCE

Date de l’événement

Lundi 14 décembre 2015
à 20h15

Description

The Look of Silence est le second volet du travail du réalisateur américain Joshua Oppenheimer sur un passé occulté de l’Indonésie et une réalité inconnue du grand public : le massacre de près d’un million de sympathisants communistes en 1965, et l’impunité qui entoure ces crimes. Après The Act of Killing (2012) où il filmait d’anciens bourreaux glorifiant leurs exactions, Oppenheimer accompagne le frère de l’une des victimes dans sa quête de la vérité auprès des assassins.  Danièle Brunier, de la coordination Indonésie à Amnesty International France, sera au Café des Images pour présenter le film et le travail d’Amnesty International après la projection.

À partir de septembre 2015, sera commémoré le cinquantenaire de l’un des grands massacres du XXe siècle, perpétré en Indonésie en 1965-1966. À la suite d’une tentative de coup d’État attribuée au Parti communiste indonésien (PKI), le pays avait été plongé dans un bain de sang qui, en moins d’un an, avait fait entre 500 000 et 1 million de morts : paysans, syndicalistes ou intellectuels accusés de sympathies communistes furent les victimes d’une violence aveugle exercée par l’armée et des milices civiles.

À la violence a succédé un silence qui, cinquante ans plus tard, n’a pas encore été rompu malgré la « transition démocratique » dont l’Indonésie est créditée depuis la chute de Suharto en 1998.

C’est cette impunité que dénoncent les deux films que le réalisateur américain Joshua Oppenheimer a consacrés aux massacres de 1965-1966 : « deux parties d’un même corps », selon ses propres termes. Après avoir montré la violence dans The Act of Killing en donnant la parole à quelques-uns des anciens tueurs, il filme dans The Look of Silence le refus du silence et la recherche de la vérité par un proche de l’une des victimes : Adi, opticien itinérant, profite de ses consultations pour enquêter sur les circonstances de la mort de son frère aîné, assassiné pendant les massacres. La caméra de Joshua Oppenheimer accompagne Adi dans sa confrontation avec les assassins. Patiemment, obstinément et courageusement, ils s’emploient ensemble à vaincre le tabou du silence et de la peur.

The Look of Silence avait remporté le Grand Prix du Jury et le prix de la critique internationale à la Mostra de Venise 2014 ainsi que le Prix du Public au Festival Premiers Plans d’Angers.

Ayant déjà soutenu The Act of Killing, Amnesty International apporte maintenant son soutien à The Look of Silence dans le cadre de sa lutte incessante contre l’impunité, cause principale de la perpétuation des violations des droits humains. Lorsqu’un État n’a pas la volonté de poursuivre et de punir les auteurs d’atteintes aux droits humains, non seulement il dénie aux victimes ou leurs proches leur droit à la vérité, la justice et la réconciliation, mais il encourage et légitime la pratique du crime et de la violence. Et en effet, depuis les événements de 1965-1966, de graves exactions ont été perpétrées en Indonésie dans plusieurs autres circonstances : au Timor Oriental pendant l’occupation indonésienne et l’organisation du référendum pour l’indépendance, dans la province d’Aceh où un conflit sanglant a opposé pendant 30 ans l’armée à un mouvement séparatiste, en Papouasie indonésienne où des violences ont toujours lieu. A ce jour, les responsables des exactions commises au cours de tous ces événements – et bien d’autres – restent impunis.

Concernant les massacres de 1965-1966, la Commission nationale des droits humains (KomnasHAM) avait publié en juillet 2012, après trois ans d’investigations, un rapport les qualifiant de crimes contre l’humanité ; elle demandait au Procureur Général de diligenter une enquête officielle et d’instaurer un tribunal des droits humains ad hoc. Dans une Déclaration Publique, Amnesty International avait salué la sortie du rapport et appuyé la demande faite au Procureur Général. Mais, en novembre 2012, celui-ci rejetait le rapport de KomnasHAM qu’il déclarait « non fondé ».

 

LA SITUATION AUJOURD’HUI

En juillet 2014, l’élection du président Joko Widodo avait suscité un grand espoir car il avait placé la défense des droits humains au centre de ses préoccupations, et avait notamment affirmé la nécessité de reconnaître les violations commises dans le passé : une liste avait même été dressée de sept « cas de violations graves », parmi lesquels la « purge communiste de 1965-1966 ». En novembre 2014, lorsque The Act of Killing avait été nommé pour l’Oscar du Meilleur Documentaire, son porte-parole avait reconnu que les massacres de 1965 constituaient un crime contre l’humanité, et que l’Indonésie avait besoin de réconciliation – mais à son rythme.

Malheureusement, près d’un an après le début de son mandat, force est de constater que le « rythme » de la justice indonésienne est bien lent et que les droits humains sont encore fréquemment mis à mal : reprise des exécutions, atteintes à la liberté d’expression, violences policières, persécutions religieuses… les préoccupations d’Amnesty International sur l’Indonésie restent nombreuses.

Le Rapport 2014/15 d’Amnesty International

Les forces de sécurité faisaient toujours l’objet d’allégations de violations des droits humains, notamment d’actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements. Des militants politiques de Papouasie et des Moluques continuaient d’être arrêtés et emprisonnés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions politiques, et au moins 60 prisonniers d’opinion demeuraient derrière les barreaux. Les minorités religieuses faisaient toujours l’objet de manœuvres d’intimidation et d’agressions. Un nouveau règlement, le Code pénal islamique, adopté en septembre dans la province de l’Aceh, a accru le nombre d’infractions passibles de la fustigation. Aucune avancée n’a été notée concernant les mesures à prendre pour apporter vérité, justice et réparation aux victimes de violations des droits humains commises dans le passé. Aucune exécution n’a été signalée.

Lire la suite sur https://www.amnesty.org/fr/countries/asia-and-the-pacific/indonesia/

amnesty2