Programmation 2022/2023

Premier trimestre

Elephant Man

De David Lynch
Etat-Unis – 1981 – 2h05

A Londres, en 1884, le docteur Treves découvre dans un cirque un monstre dénommé John qui présente de très graves difformités crâniennes. La neurofibromatose dont il est atteint étant réputé incurable, le docteur Treves le soustrait aux mauvais traitements que lui inflige Bytes, “son propriétaire”, en le recueillant clandestinement.

Elephant Man compte parmi les grands films de voyeurisme, de Fenêtre sur cour d’Hitchcock à Le Voyeur de Michael Powell. Visiteurs de foire, médecins et bonne société sont représentés comme autant de voyeurs par David Lynch qui nous conduit à nous interroger sur nous-mêmes, spectateurs de cinéma. « Le personnage m’a fasciné, dit Lynch à propos de John Merrick. Au-delà de la fresque sociale, j’ai voulu montrer comment il réagissait au contact de différentes situations. Il passe de l’univers de la pauvreté à celui de la richesse. Les deux mondes s’ignorent et se veulent différents mais leur curiosité vis-à-vis du « monstre” est la même.”
Carole Desbarats, Combat socialiste

Ressources pédagogiques

  Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie : fiche pédagogique interactive
  CNC : livret enseignant

Deuxième ou troisième trimestre au choix

Carol

De Todd Haynes
Etats-Unis – 2015 – 1h58

Présentation du film

Dans le New York des années 1950, Thérèse jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d’un mariage malheureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond et les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions sociales et leur attirance mutuelle.

L’inexorable brûlure du film, s’accomplit au gré des vertigineux enchaînements de plans suturant reflets, songes, fumées, peaux, soieries et fards alors qu’à l’intérieur des personnages quelque chose se déchire, éclate et se répand en un torrent de mélancolie. Le duo radieux et hanté, Cate Blanchett et Rooney Mara, porte Todd Haynes au-delà de lui-même, au sommet d’un geste pur.
Didier Péron, Libération

Ressources pédagogiques

  CNC : livret enseignant
  Transmettre le cinéma : vidéos d’analyse du film

Deuxième trimestre au choix avec Carol

My Sweet Pepper Land

De Hiner Saleem
Allemagne / France / Kurdistan – 2014 – 1h34

Présentation du film

Au carrefour de l’Iran, l’Irak et la Turquie, dans un village perdu, lieu de tous les trafics, Baran, officier de police fraîchement débarquée, va tenter de faire respecter la loi. Cet ancien combattant de l’indépendance kurde doit désormais lutter contre Aziz Aga, caïd local. Il fait la rencontre de Govend, l’institutrice du village, jeune femme aussi belle qu’insoumise…

Le western est avant tout une question de territoire. Il n’y a pas que le décor qui convoque ici tous les ingrédients du genre : le héros est un militaire, héros de la lutte pour l’indépendance de son pays, qui décide de faire respecter la loi dans les territoires tribaux des montagnes. My Sweet Pepperland s’amuse de toutes les conventions, de tous les clichés, les contournant et se les appropriant, revisitant l’éternel mythe de la naissance d’une nation au cœur d’un territoire secret, ignoré ou presque par le cinéma.
Bruno Icher, Libération

précédé du court métrage OU JE METS MA PUDEUR de Sébastien Bailly
France – 2013 – 21 mn
Hafsia, étudiante en histoire de l’art, va devoir enlever son hijab pour passer un oral. Elle se rend au musée du Louvre pour observer l’œuvre qu’elle doit commenter.

Ressources

  CNC : dossier enseignant
 Transmettre le cinéma : documents pédagogiques

Troisième trimestre au choix avec Carol

Les Magnétiques

De Vincent Maël Cardona
France – 2021 – 1h38

Présentation du film

Une petite ville de province au début des années 80. Philippe vit dans l’ombre de son frère, Jérôme, le soleil noir de la bande. Entre la radio pirate, le garage du père et la menace du service militaire, les deux frères ignorent qu’ils vivent là les derniers feux d’un monde sur le point de disparaître.

La première chose qui frappe dans Les Magnétiques, c’est la maîtrise totale de la technique, dans tous les domaines. Tout d’abord, le son. Ce son qui enveloppe et transporte immédiatement dans le tourbillon des années 80. Loin des clichés des tubes de discothèque, le film s’imprègne de la musique indépendante et des radios rocks de la fin des années 70. Chaque scène témoigne de cette passion. Tel un hommage aux groupes qui ont libéré toute une génération et crié sa colère. Cette énergie bien particulière donne vie à l’univers de Vincent Maël Cardona.
Alexa Bouhelier Ruelle, Le Quotidien du cinéma

précédé du court métrage PILE POIL de Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller
France– 2018 – 21 mn
Élodie rêve de devenir esthéticienne alors que son père, boucher, préférerait la voir travailler à ses côtés à la boutique. Dans trois jours, elle doit passer son CAP, mais pour cela il lui faut vite trouver une modèle avec des poils…

Ressources

  CNC : livret enseignant
  Transmettre le cinéma : vidéos d’analyse du film

Agenda Programme