Le Voyage de Chihiro | Fiche pédagogique interactive

Fiche technique

Réalisation : Hayao Miyazaki
Scénario : Hayao Miyazaki
Musique originale : Joe Hisaishi
Japon – 2002 – 2h05

Synopsis
Chihiro est une fillette de 10 ans, qui voyage en voiture avec ses parents, en route vers leur nouvelle maison. La famille traverse un immense tunnel et se retrouve dans un parc d’attractions désaffecté. L’atmosphère inquiétante tourne au cauchemar lorsque les parents de Chihiro, pour s’être nourris de victuailles, sont transformés en cochons. La petite fille va découvrir un univers fantastique peuplé de monstres, de fantômes et d’anciens dieux en villégiature dans une immense maison de bains régentée par la sorcière Yubaba.

PRÉPARER LA PROJECTION

Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki est un réalisateur de film d’animation mondialement célébre pour l’originalité de son oeuvre mêlant le souci du réalisme et le goût pour le surnaturel. Ses films témoignent d’une grande cohérence thématique : la célébration de la nature (Mon voisin Totoro, Princesse Mononoke), le pacifisme (Le Château dans le ciel) et la critique du consumérisme (Le Voyage de Chihiro). Les récits de Miyazaki engagent de jeunes héroïnes en quête d’indépendance dans des aventures rocambolesques et se singularisent par leur poésie insolite.

Miyazaki et la culture occidentale

Profondément inscrite dans la culture japonaise, l’œuvre de Miyazaki incorpore de constantes références à la culture occidentale : les figures de mythes, contes et romans européens abondent dans ses films de manière revendiquée. Le film d’animation Le Roi et l’oiseau (1980) de Paul Grimault constitue à cet égard une influence majeure pour le réalisateur. Les vidéos proposées témoignent du travail singulier de Miyazaki dans l’intégration de ces références : à l’adaptation d’œuvres littéraires pratiquée par Takahata, co-fondateur du studio Ghibli, Miyazaki préfère une logique d’appropriation de motifs et personnages à son univers poétique. Les transpositions d’Alice au pays des merveilles au sein de sa filmographie en constitue un exemple représentatif.

Ghibli et Disney

Traditionnellement le dessin animé de long métrage est voué au conte et à l’enchantement, dans le prolongement des livres illustrés pour enfants. Walt Disney en a forgé un modèle rigoureux, que les studios d’animation de par le monde ont longtemps imité. Horus, prince du soleil, premier long métrage d’Isao Takahata sorti en 1968, tente de sortir de ce classicisme, en installant dès l’introduction un « effet de réel » inédit au sein d’un monde animé. Hayao Miyazaki a beaucoup appris de la réalisation cinématographique en collaborant à ce film. L’esthétique du studio Ghibli, fondé par ces deux auteurs des années plus tard, s’inscrit dans le prolongement de cette approche nouvelle du cinéma d’animation, que Le Voyage de Chihiro prolonge encore à sa manière.

Questions
– En quoi l’ouverture rituelle des films Disney s’inscrit-elle dans l’esthétique du conte ?
– Analyser et comparer les effets de réalisme dans Horus et Le Voyage de Chihiro : situations, montage, composition des images.

Pistes d’observation

Entre merveilleux et fantastique
Le Voyage de Chihiro oscille entre le merveilleux, qui déploie un monde régi par des lois surnaturelles, et le fantastique, défini par la perturbation inquiétante d’un univers réaliste par des phénomènes inexpliqués. Relever des séquences qui correspondent à ces registres respectifs.

Un récit initiatique
Les épreuves rencontrées par Chihiro construisent un itinéraire d’apprentissage pour la petite fille peureuse et égocentrique au début du film. Analyser les étapes décisives de son évolution au cours du film.

Une critique sociale
Le cinéma de Miyazaki est porteur d’un discours écologique et d’une critique du consumérisme moderne. Relever les éléments du film qui s’inscrivent dans ces deux perspectives.

ANALYSER LE FILM

Miyazaki et le shinto

Le film puise abondamment dans une tradition et un folklore japonais mystérieux pour un regard occidental, nécessitant certaines clés de compréhension. La principale, à l’instar de plusieurs autres films de Miyazaki, est la spiritualité Shinto. Cette religion ancestrale de la péninsule nipponne est fondée sur la croyance en des esprits de la nature nommés Kamis. Saisir cette dimension est probablement utile pour apprécier pleinement ce monde des bains thermaux imaginé par l’auteur, son fonctionnement, sa hiérarchie et ses significations. Mais cet aspect du film ne peut pas non plus l’enfermer dans unique grille de lecture, tant l’imagerie poétique de l’auteur y est puissante, et pour une large part toute personnelle.

Frontières du merveilleux

Le récit du Voyage de Chihiro, comme Mon voisin Totoro, s’inscrit à la frontière du merveilleux et du fantastique par son ancrage dans une réalité fortement caractérisée en introduction du film et rappelée en cours d’aventure : une fillette confrontée à la problématique contemporaine du déménagement de ses parents et de la difficulté à se séparer de son ancienne vie. La fascination pour le monde parallèle de l’établissement de bain réside ainsi dans la cohérence mystérieuse de cet univers peuplé d’esprit mais aussi dans l’articulation du surnaturel et du prosaïque au sein de constants jeux de miroirs entre réalité et imaginaire.

Questions
– Repérer les lieux symboliques « frontières » entre les deux mondes.
– Interpréter la métamorphose des parents en cochons.

Le voyage en train

La séquence où Chihiro prend le train, Sans-Visage apaisé à ses côtés, constitue la dernière prise d’action du personnage, parachevant son accès à une maturité qui clôt le parcours initiatique du film. Mais au-delà, ce trajet au soleil couchant, par l’étrangeté qui l’entoure, et l’émotion que nous laissent ces silhouettes fugitivement croisées, atteint un sommet de plénitude poétique. Le spectateur envoûté lâche prise. La maîtrise de la simplicité est assurément la marque des plus grands artistes.

Questions
– En quoi cette séquence est-elle l’aboutissement de l’itinéraire initiatique de Chihiro ?
– Relever les éléments qui relèvent de la poésie de l’insolite propre à Miyazaki : paysage, personnage, place au sein du récit.

Ressources complémentaires

  CNC : livret enseignant
  Buta Connection : dossier analyse esthétique et technique
  LAAC Auvergne-Rhone-Alpes : Miyazaki et les métamorphoses
  Stéphane Le Roux : Hayao Miyazaki, poésie de l’insolite (édition L’Harmattan)
 Transmettre le cinéma : analyses vidéos
 Xavier Kawa-Topor : conférence sur l’esthétique du film
 Ciclic : les personnages féminins chez Miyazaki
 NHK : 10 ans avec Miyazaki

Texte : Stéphane Le Roux | Coordination éditoriale : Renaud Prigent | Publication : Café des Images / Normandie Images